© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

 

Déranger les pierres

 

Je veux mes yeux dans vos yeux 
Je veux ma voix dans votre oreille 
Je veux les mains fraîches do vent 


Je veux encore le mal d'aimer 
Le mal de tout ce qui est merveille 
Je veux encore brûler doucement 
Marcher à deux pas du soleil 

Et je veux déranger les pierres 
Changer le visage de mes nuits 
Faire la peau à ton mystère 
Et le temps j'en fais mon affaire 

Je veux ton rire dans ma bouche 
Je veux tes épaules qui tremblent 
Je veux m'échouer tendrement 


Sur un paradis perdu 
Je veux retrouver mon double 
Je veux l'origine du trouble 
Je veux caresser l'inconnu 

Et je veux déranger les pierres 
Changer le visage de mes nuits 
Faire la peau à ton mystère 
Et le temps j'en fais mon affaire 

Je veux mourir un dimanche 
Au premier frisson du printemps 
Sous le grand soleil de Satan 


Je veux mourir sans frayeur 
Fondue dans un sommeil de plomb 
Je veux mourir les yeux ouverts 
Le nez au ciel comme un mendiant 

Et je veux déranger les pierres 
Changer le visage de mes nuits 
Faire la peau à ton mystère 
Et le temps j'en fais mon affaire

Onrust in mijn hart 

 

Ik wil mijn stem zacht in je oor

Ik wil je ogen in mijn ogen

En koude handen van de wind

 

Ik wil de pijn van houden van

Die mij doet branden van verlangen 

Ik wil je lippen op mijn wangen

Ik wil dat je me zoekt en vindt

 

Ik wil de onrust in mijn hart

En bloed dat wild kolkt in mijn aderen

Een streling die m'opeens verwart

En een scheut die elke spier verstart 

 

‘k Wil dat je lach smoort in mijn mond

Ik wil je schouders die zo schokken

Ik wil je zacht en onverschrokken 

 

In een verloren paradijs

Wil ik mijn evenbeeld ontdekken

Ik wil naar onbekende plekken

Ik wil met jou een geheim verbond

 

Ik wil de onrust in mijn hart

En bloed dat wild kolkt in mijn aderen

Een streling die m'opeens verwart

En een scheut die elke spier verstart 

 

Ik wil op een zondag sterven

Als ik huiver in jouw armen

En w’ons warmen aan de zon

 

Ik wil sterven zonder angst

Terwijl ik slaap met open ogen

En zul je dan mijn tranen drogen

Oh als het zo toch ooit eens kon…

 

Ik wil de onrust in mijn hart

En bloed dat wild kolkt in mijn aderen

Een streling die m'opeens verwart

En een scheut die elke spier verstart